Des informations? Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou rendez-vous sur notre formulaire.
Insolite

Insérer des piles dans le pénis, une idée dangereuse : Un Australien a essayé et voici ce qu’il s’est passé

L’histoire incroyable d’un Australien de 72 ans qui a inséré trois piles bouton dans son urètre à des fins d’autosatisfaction a fait les gros titres. Cette expérience audacieuse s’est rapidement transformée en un cauchemar médical. Les médecins ont dû intervenir en urgence pour retirer les piles et sauver le patient des complications potentiellement mortelles. Cette histoire choquante met en évidence les dangers de l’automédication et des comportements sexuels risqués.

L’expérience désastreuse d’un Australien

L’homme de 72 ans, dont l’identité n’a pas été révélée, s’est présenté aux urgences souffrant de douleurs à l’urètre. Lors de l’examen initial, il a avoué avoir inséré trois piles bouton dans son urètre dans l’espoir d’atteindre une satisfaction sexuelle unique. Cette décision téméraire a rapidement pris une tournure tragique lorsque les piles sont restées coincées à l’intérieur de son pénis. Les médecins ont immédiatement compris la gravité de la situation et ont dû agir rapidement pour éviter des complications graves.

Les médecins confrontés à une situation inhabituelle

Les médecins du service d’urologie de l’hôpital de Victoria en Australie sont habitués à traiter des cas médicaux insolites, mais l’insertion de piles dans l’urètre reste une situation exceptionnelle. Ils ont rapidement pris conscience des risques associés à cette pratique et ont mis en place un plan d’intervention pour retirer les piles en toute sécurité. Cependant, ils ont également constaté que les piles bouton sont corrosives et peuvent provoquer une liquéfaction et une nécrose des tissus lorsqu’elles sont insérées dans l’urètre.

Une intervention d’urgence pour sauver le patient

Dans un premier temps, les médecins ont tenté de retirer les piles à l’aide d’une pince à stent, mais sans succès. Ils ont ensuite utilisé une pince à artères, mais cela n’a pas non plus fonctionné. Face à l’urgence de la situation, le patient a été placé sous antibiotiques intraveineux pour réduire le risque de gangrène. Il a ensuite été transféré en urgence au bloc opératoire, où les piles ont été extraites par guidage cystoscopique. Cette intervention a permis de retirer les piles, mais les médecins ont rapidement réalisé que les complications ne s’arrêtaient pas là.

Insérer des piles
Photo Freepik

Les complications et séquelles

Malheureusement, dix jours après sa sortie de l’hôpital, le patient est retourné aux urgences en raison d’un gonflement du pénis et d’un écoulement purulent de l’urètre. Les médecins ont réalisé que les tissus à proximité du méat étaient nécrosés sur une longueur de 8 cm, avec une nécrose du corps spongieux environnant. Face à cette situation complexe, les chirurgiens ont dû procéder à une uréthrectomie partielle avec excision des tissus nécrosés. Malheureusement, en raison de la complexité de la blessure, il a été décidé de ne pas poursuivre la reconstruction du pénis.

Les dangers de comportements sexuels risqués

Cette histoire tragique met en évidence les dangers associés à l’automédication et aux comportements sexuels risqués. Insérer des piles ou d’autres corps étrangers dans le pénis peut entraîner des complications graves, telles que la nécrose des tissus et la gangrène. De plus, les piles bouton sont corrosives et peuvent provoquer des brûlures et des lésions internes. Il est essentiel de comprendre que l’exploration sexuelle doit se faire de manière sûre et responsable, en évitant les pratiques potentiellement dangereuses.

L’histoire de l’Australien de 72 ans qui a inséré des piles bouton dans son urètre met en évidence les risques associés à l’automédication et aux comportements sexuels risqués. Les médecins ont dû intervenir en urgence pour retirer les piles et sauver le patient des complications potentiellement mortelles. Cette histoire choquante rappelle l’importance de pratiquer une sexualité sûre et responsable. Il est crucial de se tourner vers des professionnels de la santé pour obtenir des conseils et des traitements appropriés, plutôt que de prendre des risques avec des pratiques non conventionnelles. La santé et le bien-être doivent toujours être la priorité absolue.

5/5 - (1 vote) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi:
Catalina Dupres